Époque de 'L'Or Blanc'

Au XVe siècle, Madère commence la culture de la canne à sucre, importée de Sicile par l'Infant D. Henrique. Avec l'expansion rapide de l'industrie de la canne à sucre, Funchal devient un centre commercial d'excellence, fréquenté par des commerçants de diverses nationalités, ce qui change sa dimension financière insulaire.
En 1472, le sucre de Madère est directement exporté vers la Flandre, cette dernière devenant son principal centre de redistribution. L'importance particulière de Madère est reconnue dans l'axe de ces relations entre la Flandre et le Portugal.

Avec la production de la canne à sucre, Madère a attiré et fixé des aventuriers et des commerçants des origines les plus lointaines, cette exploitation ayant été considérée, à l'époque, comme le principal moteur de l'économie de Madère. Nombreux étaient les étrangers qui sont venus dans la Région pour le commerce du sucre, en particulier des Italiens, des Basques, des Catalans et des Flamands.

La commercialisation du sucre à Madère a connu son apogée dans les années 20 du XVIe siècle et coïncide avec la datation de la plupart des œuvres d'art flamandes de l'île, dans un environnement de prospérité commerciale qui était notoire. Des œuvres aux proportions gigantesques ont été importées, en particulier des peintures, des triptyques somptueux ou des retables mixtes, ainsi que des images de Bruges, d'Anvers et de Malines. Des objets en argent et en cuivre et des pierres tombales avec des incrustations de métal, comme celles qui peuvent être vues dans la Cathédrale de Funchal et dans des musées comme celui de l'Art sacré ont également été importés.

Jusqu'à la première moitié du XVIe siècle, Madère a été l'un des principaux marchés du sucre de l'Atlantique. Cependant, nombreuses sont les raisons qui ont mené au déclin de ce cycle et qui ont donné lieu à d'autres marchés.
 
Youtube Flicker RSS ISSUU
World´s Leading Island Destination 2018 - WTA Award Discover Madeira SRTC Região Autónoma da Madeira